• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Les longues vacances

Les longues vacances - Donald Morrison

Nos premières vacances en quatre ans. Ma femme et moi avions choisi de partir à l’Île Maurice, au soleil, pour trois semaines. De belles et longues vacances en perspective, enfin, c’est ce que nous croyions.

À peine arrivés, nous sommes immédiatement pris en charge par un chauffeur de l’hôtel, qui nous accompagne jusqu’à la réception d’un magnifique et énorme bâtiment entouré de palmiers. L’image tropicale typique d’une île paradisiaque. Les chambres sont en fait des bungalows disposés tout autour de la piscine et le long de la plage. Il n’y a pas de bon ou de mauvais emplacement, c’est parfait partout. Deux employés nous emmènent à notre chambre, nous aident à nous installer et s’éclipsent après nous avoir expliqué le fonctionnement de l’hôtel.

Le soir même au souper, un magnifique buffet est installé sous les cocotiers, nous sommes rapidement alertés par l’accélération du service et la nervosité du personnel. Il s’avère qu’un cyclone se dirige sur nous, et devrait toucher les cotes d’ici six à huit heures. En voilà une expérience ! Nous sommes un peu nerveux, mais le personnel se montre bienveillant, très expérimenté et parfait avec les novices que nous sommes.

Le cyclone nous touche comme prévu dans la nuit. Et nous restons blottis dans notre chambre en suivant les directives : ne pas s’approcher des fenêtres, calfeutrer les portes, et rester le plus possible au milieu de la pièce. Nous y avons mis le lit, ce qui nous a permis de dormir quand même un peu, mais d’un seul œil…

Le lendemain matin, tout est calme et nous attendons patiemment que quelqu’un frappe à notre porte, signe que nous pouvons maintenant sortir en tout sécurité. Lorsque la porte s’ouvre enfin, le spectacle est désolant. Les palmiers sont arraches, le sol est jonche de troncs et de branches, tout est inondé et plus d’électricité. L’hôtel a de toute évidence, tout prévu, et même si le déjeuner se prend à l’intérieur, il est quand même somptueux. Les conséquences d’un cyclone sont difficiles pour les entreprises et les personnes : plus d’électricité, l’eau potable peut être contaminée, plus aucune livraison de courrier pour un moment, les approvisionnements en nourriture non plus.

L’hôtel a très bien géré l’évènement, et nous a même proposé de nous rembourser le reste de notre séjour si nous souhaitions repartir dès la réouverture de l’aéroport. Nous avons refusé, et sommes toujours là. Vu l’optimisme des habitants qui ont l’habitude, je ne doute pas que d’ici quelques jours tout sera redevenu normal, et que nos vacances seront aussi idylliques que prévu.

 

The author:

author

Donald c’était l’étrange élève du primaire, le garçon qui faisait toujours de drôles de blagues et c’est resté un trait distinctif de son caractère. Jeune homme à l’humour grinçant, il a non seulement un côté givré mais aussi un côté santé et c’est ce blogue qui le représente. Car oui, ses contenus sont souvent très rigoureux et bien construit. Son dada, nous raconter des histoires sur sa vie au quotidien. Son rêve : faire le tour du monde…rien de moins!