• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Mon voyage en moto sur les côtes anglaises

Mon voyage en moto sur les côtes anglaises - Donald Morrison

J'ai toujours adoré l'Angleterre, même si ce que j'ai fait ensuite, ce petit voyage intrépide, était aussi extraordinaire qu'irréfléchi. Les vieilles motos, ça remonte en moi les images de ces films avec des acteurs comme James Dean, les débuts du rock and roll et de la beat generation... Pas besoin d'aller plus loin. J'avais beau être un étudiant (et en conséquence, cassé), j'avais réuni assez d'argent pour pouvoir entreprendre ce voyage.

D'abord, j'ai emprunté la moto à mon père, une roadster typique qu'il avait acheté après qu'un de ses amis ait mis sa Harley à vendre, et j'ai pris le bateau du Havre. Pour les personnes vivant au nord, ce genre d'aventures, de voyages est assez typique, car l'Angleterre est très proche. Beaucoup d'Anglais vivent sur les côtes et la plupart des Français se sont rendus en Angleterre. Pour marquer le coup, j'avais envie de faire le tour des côtes en moto. Mon père et ma mère avaient fait la Corse en moto, j'avais envie d'une liberté et d'une nature plus vaste. Je voulais rouler sur des kilomètres et des kilomètres, sans tourner en rond.

Le paquebot a débarqué les passagers dans le port de Brighton. Deux de mes amis (un couple) vivaient là-bas, l'un d'eux, après avoir longtemps travaillé dans une copmpagnie de remplacement toiture dorval, était aujourd'hui ingénieur dans une entrepris d'aéronautique. Je suis resté deux jours avant de prendre un envol qui allait durer le mois entier (nous étions en juin). Avec la Harley, comme unique compagne, je suis parti sur les côtés et j'ai réalisé ce rêve. Mon premier arrêt fut à Southampton. Chaque nuit devait être passée dans une ville différente. Je conduisais sous tous les temps et je suis passé sous de sacrés averses. Remercions les poches plastiques qui remplacement si aisément le matériel oublié ! Je visitais ensuite Bournemouth puis Weymouth, Torquay, la fameuse Plymouth, l'extrémité de cette majestueuse île à côté de Penzance, les collines de Newquay, etc.

Après deux semaines de voyage, je me suis arrêté trois jours à Bristol. Là-bas, j'avais une place où dormir, chez l'ami d'un ami. Il m'a montré les spécialités de la ville universitaire (et ce n'était pas des monuments !) sans que cela m'empêche de reprendre ma route. C'est vers Skegness que j'ai commencé à envisager ce voyage sous une nouvelle optique, moins agressive et aventurière. J'avais passé une vingtaine de jours seul, rencontrant d'autres motards de temps en temps, tapant la causette aux restaurateurs, aux marchands, aux touristes et aux autres personnes que je croisais sur la route, mais c'est tout. Autrement, j'étais seul face à la nature.

 

The author:

author

Donald c’était l’étrange élève du primaire, le garçon qui faisait toujours de drôles de blagues et c’est resté un trait distinctif de son caractère. Jeune homme à l’humour grinçant, il a non seulement un côté givré mais aussi un côté santé et c’est ce blogue qui le représente. Car oui, ses contenus sont souvent très rigoureux et bien construit. Son dada, nous raconter des histoires sur sa vie au quotidien. Son rêve : faire le tour du monde…rien de moins!